Nos corps mondesMarion Le Pennec

L’exposition « Nos-corps mondes » témoigne des perceptions ou Connaissances récoltées ces dernières années, peinture et vie de l’Être étant de plus en plus intimement mêlées, l’une découlant de l’autre et inversement.

L’artiste est, selon moi, là pour manifester ou rendre perceptible l’union amoureuse de l’esprit et de la matière. Comme l’ont dit autrement P. Klee, il s‘agit de « rendre visible l’invisible » ou F.

Picabia « je ne peins pas ce que voient mes yeux, je peins ce que voit mon âme ».

Me sentant très proche des peintres traditionnels chinois, plus particulièrement taoïstes, je suis sensible à l’idée de l’« influx spirituel » et convaincue que le vide intérieur et l’ouverture des sens président à tout acte, en peinture comme dans la vie.

Espérant retrouver la dimension sacrée de la peinture et de l’acte artistique, mon mouvement plonge dans les profondeurs de l’intime pour atteindre ce trésor nommé « Universel » et ainsi parler de ce qui est au-delà -et en deçà- de l’histoire individuelle.

L’œuvre en noir et blanc nous invitant également à glisser derrière le rideau du réel afin d’accéder à l’essence des choses.

Matériau presque « premier », l’encre séculaire contient l’alchimie du feu. En association avec sa partenaire l’eau, elles incarnent les pôles antagonistes -et pourtant complémentaires- du monde.

Ainsi, sur la feuille se joue la danse d’ombres et de lumière du chemin de l’homme sur terre, cette danse, parfois chaotique, de l’esprit-lumière dans le noir-matière.

Plus qu’un matériau, l’encre noire de Chine est un maître parfait. Elle propose une initiation de chaque instant où la maîtrise du peintre naît de sa capacité à se laisser guider par l’énergie des fluides, ceux-là étant la trace visible du Souffle.

L’exposition présentée à la galerie des Bigotes témoigne aussi de l’émerveillement face au Grand Mystère qu’est la Vie et ce, même au cœur d’une « crise » comme celle vécue cette dernière année.

Y sont rassemblées des œuvres qui expriment, et je l’espère, invitent à la perception du Tout, de l’Un, de la complétude que la forme symbolique du cercle représente et qui rappellent la verticalité de l’axe terre-ciel inscrite au cœur de la structuration de l’humain.

Perché sur la trace-souffle, l’arbre toujours se dresse et enseigne, à qui sait écouter son murmure, la voie de l’Être…

« Tourments » Sylvain Le Corre du21 mai au 19 juin 2021


« Tourments »

« Tourments » est une installation convoquant différents médiums comme le dessin, la peinture et la sculpture, dans le but de reconstituer un paysage imaginaire.
Dans le fond d’une vallée, d’un gouffre ou d’une gorge, un ancien lit de rivière fut le théâtre d’un grand chaos, une crue torrentielle chargée des sédiments et de tous les éléments qu’elle aurait charriés dans sa course.

Apparait alors un paysage étrange, où les matières s’entremêlent, s’enchevêtrent, jusqu’à en former de nouvelles.
En géophysique, un phénomène s’y apparente : les laves torrentielles, mélanges d’eau, de sédiments fins, d’éléments rocheux, de blocs parfois énormes, d’arbres, de graviers, qui se déplacent à très grande vitesse.

Métaphore d’un processus de création ou de recherche, cette exposition propose un regard sensible sur la construction d’un paysage, à la fois mentale et tangible.
Sylvain Le Corre

 

https://sylvainlecorre.tumblr.com/

CONSTRUCTIONS expo photo Sébastien Pageot du 16 octobe au 14 novembre 2020

« Constructions »  Sébastien Pageot

À travers plusieurs séries réalisées depuis le début des années 2000, Sébastien Pageot interroge les capacités de la photographie à représenter l’architecture. Echelle, rapport à l’espace, maquettes, surfaces cadrées sont autant d’éléments à partir desquels le dispositif de prise de vue construit des visions d’architectures dans une tension toujours maintenue entre valeur documentaire et valeur fictionnelle de l’image.

Sous le titre générique de « Constructions », ce nouvel accrochage propose une sélection de travaux réalisés aux cours des dernières années, certains lors de résidences, de voyages… qui témoignent d’un goût constant pour la représentation d’espaces et d’architectures.

http://www.cnap.fr/sebastien-pageot

Instagram: sebastien_pageot

 

Le port du masque est obligatoire à l’intérieur de la galerie. Du gel hydroalcoolique est mis à votre disposition et nous vous remercions de respecter les distances de sécurité.

 

Entre deux mondes – Judith Farro – Exposition du 11 septembre au 10 octobre 2020

Née en Turquie, Judith Farro passe sa jeunesse à Tel Aviv, elle y étudie à l’école des Beaux Arts et devient l’assistante du sculpteur Tumarkin, avant d’arriver à Paris à l’ Ecole Supérieure des Beaux

Arts où elle obtient les diplômes de peinture et dessin. Puis les expositions s’enchaînent : Paris, Berlin, Amsterdam New-York, la Suisse, Palma de Majorque, Pont-Aven… l’artiste citoyenne du Monde, et proche de ses problématiques, vit et travaille près de chez nous, à Hennebont, dans la discrétion.

Femme de caractère, Judith Farro nous propose une peinture sans complaisance ni joliesse ; son authenticité nous frappe, la force du geste conduit le propos en évitant toute servilité. La couleur explose, l’écriture personnelle sonne juste. Point besoin de discours !… l’artiste n’est pas une théoricienne mais une sensitive, et si les questionnements de l’époque et de l’art sont au cœur de sa réflexion, elle sait se nourrir à la source des arts premiers qu’elle affectionne.

Pas étonnant alors que le Fonds National d’Art Contemporain ait été conquis par la dimension muséale de son œuvre qui figure par ailleurs dans des collections publiques et privées de par le monde (peinture, gravure, sérigraphie…).

Si la pratique d’une discipline artistique constitue une forme de survie, il n’est pas interdit pour quiconque de se rendre réceptif, d’affûter son regard ou de tendre l’oreille, car ici, l’œuvre est

profondément rythmique et la musicalité bien présente.

Laissons tomber les notices explicatives et laissons-nous porter, car il n’y a rien de plus beau que d’affronter le mystère.

Monique Toupin, Vannes le 28 août 2020

Judith Farro sera présente à la galerie les samedis de 14h à 18h.
Merci aux bénévoles des amis du musée d’assurer les permanences du mardi au vendredi.

 

“Mes dessins sans frontière” Nono – Exposition du 31 juillet au 5 septembre – Galerie “Les Bigotes”

“Mes dessins sans frontière” Nono – Exposition du 31 juillet au 5 septembre – Galerie “Les Bigotes”

Le dessinateur Nono expose une quarantaine d’aquarelles de voyage et une vingtaine de dessins de presse et d’humour.
Entrée gratuite tous les jours du mardi au samedi de 14h30 à 18h30
Association coordinatrice : Les Ailes DU

Les Bigotes
5, Rue de la Bienfaisance – 56000 Vannes