Exposition du musée Geneviève de Wouilt

Geneviève de Wouilt, Portrait de Georgette Decker, pastel © Musées de Vannes.

Christine Barbedet, Georgette, un tableau de chambre, 2021 © Christine Barbedet.

Dès samedi 18 décembre, venez découvrir la nouvelle exposition du musée des beaux-arts, La Cohue.

Une pastelliste vannetaise, Geneviève de Wouilt (1882-1960), dont le nom a été oublié, est révélée grâce à l’artiste et auteure Christine Barbedet.

Son enquête menée pendant plusieurs années lui a permis de mettre au jour plus de 60 portraits. Ses rencontres avec les détenteurs des tableaux l’ont inspirée pour la création de compositions mêlant images, textes et objets souvenirs.

Vous souhaitez être accompagné dans cette découverte ? Suivez le guide-conférencier, samedi 18 décembre à 15h.
Visite comprise dans le prix d’entrée du musée.

VISITE GUIDÉE DE L’EXPOSITION “SUR LES PAS DE GENEVIÈVE DE WOUILT (1882-1960)
VANNES – MUSÉE DES BEAUX-ARTS, LA COHUE
Avec Christine Barbedet. Suivez le guide-conférencier dans l’enquête menée par Christine Barbedet sur une artiste pastelliste vannetaise méconnue : Geneviève de Wouilt (1882-1960). Observez les créations de Christine Barbedet créées à partir de ses découvertes et ses rencontres.
Tarifs : 5 € – 3 €.
Infos & réservations : musees@mairie-vannes.fr
15H00
DÉCEMBRE : samedi 18.
JANVIER : samedi 8 et 22.
FÉVRIER : samedi 5 et 19.
MARS : samedi 5.

 

Ouverture d’exposition

Ouverture d’exposition

Le musée des beaux-arts, La Cohue a le plaisir d’ouvrir samedi 26 juin prochain sa nouvelle exposition Hans Seiler (1907-1986), l’espace recomposé.

Venez nombreux dès ce samedi. Une visite guidée à 15h vous permettra d’entrer dans l’univers de l’artiste.

Pour info : visite comprise dans le prix d’entrée du musée.

Hans Seiler (1907-1986) L’espace recomposé / 26 juin au 7 novembre 2021

Le musée des beaux-arts de Vannes propose une rétrospective de l’œuvre de Hans Seiler, artiste suisse ayant vécu de 1907 à 1986. Le point de départ de cette exposition est un don de deux tableaux, Les rochers de Belle-Île (1950) et Cuisine de campagne (1955), fait au musée en 2018.
Plus qu’une mise en lumière du travail du peintre, l’exposition souligne les défis et les enjeux esthétiques nouveaux du 20e siècle durant lequel le monde de l’art est en pleine effervescence, traversé de profonds bouleversements.

Hans Seiler, se nourrit de la pensée des avant-gardes, notamment du cubisme et de l’abstraction, pour construire son propre langage plastique. Élève de Roger Bissière, ami de Marcel Gromaire et de Jean Bazaine, figures majeures de la seconde École de Paris, Seiler oscille dans son travail entre valeurs classiques et réflexion moderniste. Fidèle à la figuration, il recompose la réalité en atelier selon la perception qu’il en garde et s’appuie sur ses dessins exécutés sur le vif. L’artiste privilégie la ligne et la couleur comme moyens formels. Sa peinture devient à la fin de sa carrière plus sobre, épurée et empreinte d’une certaine gravité. Le musée des beaux-arts de Vannes propose une rétrospective de ce travail, retrace le cheminement et les thèmes chers à l’artiste.

Petit avant-goût de la prochaine expo du musée de La cohue.

Essaim – jusqu’au 2 janvier 2022
L’édition 2021 de l’exposition du passage central de la Cohue a été confiée au collectif le CRIMP : Centre de Recherche International de Modélisation par le Pli. Quatre jeunes membres sont les référents directs de cette démarche artistique. Pour cette installation, ils ont choisi le papier comme matériau de prédilection, afin de mettre en valeur leurs recherches sur les techniques originales de pliage avancé et de froissage structuré.

Quatre jeunes membres sont les référents directs de cette démarche artistique :
Dewi Brunet, 30 ans, artiste – Bruxelles
Aurélie Donniou, 25 ans, designer – Paris
Théo Philippot, 20 ans, régisseur lumière- Paris
Gwenaël Prost, 30 ans, designer – Rennes
Avec la participation d’Héloïse Lefaux , 20ans, assistante montage pour le CRIMP

crédit photo :

 

Au cœur de la création

La nouvelle installation du passage central au musée des beaux-arts, la Cohue, a débuté au cœur d’un atelier à Rennes. Coulisses de cette préparation au format monumental.  

4 artistes designers, plieurs : @ Aurélie Donniou @Gwenaël Prost, @ Dewi Brunet et @Théo Phlippot, concepteur lumière œuvrent depuis le mois de septembre 2020 pour la création de l’exposition Essaim. Ouverture prochainement.

L’édition 2021 de l’exposition du passage central de la Cohue a été confiée au collectif le CRIMP : Centre de Recherche International de Modélisation par le Pli. Quatre jeunes membres sont les référents directs de cette démarche artistique. Pour cette installation, ils ont choisi le papier comme matériau de prédilection, afin de mettre en valeur leurs recherches sur les techniques originales de pliage avancé et de froissage structuré.

Réponse aux volumes, aux arches et aux pierres, cette création in situ se transforme sous nos yeux : au gré de la déambulation, des nuages se modifient en « OVNI » Origamis Volants Non Identifiés. À partir d’une feuille lisse et blanche de papier sulfurisé, les artistes ont réalisé des formes organiques. Déclinées par centaines et révélées par une création lumière, elles constituent un Essaim qui habite l’architecture. L’installation questionne les phénomènes de regroupements cohérents d’individus présents dans la nature : essaim chez les abeilles, nuée chez les étourneaux, banc chez les poissons…
Le mouvement est constitutif de l’œuvre dont les éléments sont disposés en un chaos organisé. Il est aussi impulsé par le lieu lui-même, alchimie subtile induite par le vent pénétrant dans le passage central du musée.
Au-delà de la création, Essaim interroge la notion de métamorphose, et plus largement le rapport de l’individu au groupe.

Exposition #Dessinetafenetre

Agnès Goyet, Côté jardin, Paris, France        © Agnès Goyet

Une exposition vous attend au musée des beaux-arts, La Cohue, dès sa réouverture : #Dessinetafenetre. Plus d’une centaine de dessins et de peintures venant du monde entier, réalisée durant le premier confinement. Un mouvement de création lancé par l’artiste Gabrielle Thierry s’est développé et continue sur les réseaux sociaux https://www.facebook.com/Dessinetafenetre

Le musée a proposé la restitution de ce mouvement créatif sous forme d’une exposition.

« Présenter cette aventure, c’est en poursuivre l’expérience. C’est aussi faire écho à cette belle dynamique et répercuter un message simple, générateur d’horizons infinis : le dessin est un outil de liberté. »

Françoise Berretrot, directrice du service musées-patrimoine de Vannes.

Dessine ta fenêtre – A découvrir prochainement au musée.

Le musée des beaux-arts, La Cohue prépare sa nouvelle exposition de la saison hivernale. À contexte particulier, accrochage singulier !

Le point de départ de cette exposition est un appel lancé sur les réseaux sociaux par l’artiste peintre Gabrielle Thierry, au printemps 2020, pendant la pandémie du coronavirus et la période du confinement. À l’aide du hashtag  #dessinetafenetre , tout un chacun était invité à dessiner ou peindre puis partager la vue dont il profitait depuis sa fenêtre.

Une riche sélection de ces témoignages graphiques sera présentée au musée, provenant de participants de tous les âges et de tous les horizons. Découvrez dès à présent cet élan artistique sur Facebook www.facebook.com/dessinetafenetre/#dessinetafenetre

#dessinetafenetre #mbavannes #Vannes # culture #musee #exposition

L’exposition #dessinetafenetre du musée des beaux-arts, La Cohue présentera un ensemble de dessins de fenêtres réalisés durant la première période de confinement.

Les contributeurs viennent d’horizons variés : amateurs de tous âges, artistes, graphistes, illustrateurs, architectes, paysagistes. Le projet #dessinetafenetre a réuni sur les réseaux sociaux plus de 250 œuvres de 24 pays différents, de Corée, d’Espagne, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de Chine. A découvrir prochainement au musée.

#dessinetafenetre #sketchyourwindow #mbavannes #Vannes # culture #musee #exposition

#RestezChezVous  #CultureChezNous