Historique du musée

Le musée des Beaux Arts de Vannes, installé dans un bâtiment dont l’origine remonte au Moyen-âge, est appelé La Cohue, du breton koc’hu signifiant la halle. La partie la plus ancienne remonte au XIIIe siècle et l’édifice est agrandi au XIVf004-2013-80173 et XVI ième siècle. Situé en plein cœur de la ville, face à la Cathédrale Saint Pierre, le lieu avait deux usages :
Le rez-de-chaussée abritait un marché et dans la salle haute à l’étage siégeaient le palais de la justice ducale et le parlement de Bretagne exilé à Vannes à partir de 1675.

Le 36.2.12bâtiment fut restauré à partir de 1970. Il rassemble depuis 1982 les collections de peintures et de gravures de la ville. On peut y admirer le célèbre Christ sur la croix d’Eugène Delacroix mais aussi des petits maitres du XIXe siècle dans la veine réaliste de leur époque (Jules Noël) des paysages de bord de mer (Henri Moret), des scènes de genre (Joseph-Félix Bouchor), des portraits bretons (Flavien Peslin),et des paysages de la campagne vannetaise du peintre-graveur (Jean Frélaut 1879 -1954).f004-2012-80007

Le conservateur a choisi depuis de nombreuses années d’exposer des œuvres d’art moderne et contemporain en présentant des artistes comme Jean Hélion, Jean Bazaine, Tal Coat, Jean le Moal, et des contemporains célèbres, Geneviève Asse, artiste originaire de Vannes Olivier Debré, Aurélie Nemours, Jean-Pierre Pincemin,François Morellet. Le musée est riche d’une collection d’estampes qui compte à ce jour 1 500 pièces parmi les plus grands noms tels Hartung, Aléchinsky, Fautrier, Dubuffet…

Le rez-de-chaussée de 700 m2 reçoit les œuvres des expositions temporaires comme celles du sculpteur Etienne-Martin présentés l’été 2011 qui a attiré plus de 7 000 visiteurs.
Au premier étage, on découvre aujourd’hui un ensemble d’œuvres représentatives de l’abstraction des années 1950 à nos jours.

Les commentaires sont clos.