VANNES AU MOYEN AGE – une histoire de 1000 ans

L’EXPOSITION01

Le Moyen Age est une période de l’histoire qui débute à la chute de l’Empire romain à la fin au Ve siècle. Vannes, ancienne grande cité romaine, se replie alors derrière une enceinte fortifiée de cinq hectares. A l’instar d’autres villes bretonnes, telles que Nantes ou Rennes, cette position défensive lui permet d’accueillir les organes de pouvoirs religieux et laïcs.

Pendant le haut Moyen Age, elle voit s’affronter les bretons, qui progressent vers le sud-est de la péninsule, et les Francs, attachés à étendre leur domination sur l’Armorique, à partir de cette cité. Le chef breton Waroch s’en empare et contrôle dans la seconde moitié du VIe siècle tout le pays environnant. L’arrivée au pouvoir des Carolingiens replace Vannes au cœur de l’histoire : en 753, Pépin le Bref y conduit une expédition et en fait le chef-lieu d’un comté, qui, avec ceux de Rennes et de Nantes, forme la Marche de Bretagne, un commandement militaire destiné à contenir l’avancé des Bretons. Vannes sert alors de tête de pont aux expéditions militaires franques vers l’Ouest.

La révolte du chef breton Nominoé, au début des années 830, change la donne : c’est à partir du Vannetais que lui et ses successeurs parviennent à étendre leur autorité sur l’ensemble de la Bretagne historique. D’un point de vue archéologique, on peut citer l’existence d’un atelier de potiers au lieu-dit Meudon à Vannes, vers les IXe-Xe siècles.

Grâce à son port lui donnant une ouverture sur le commerce maritime, elle connait un nouvel essor économique à partir du XIIe siècle. De nombreuses marchandises transitent par le port, notamment des importations de vin et de vaisselle de Saintonge.

Le véritable épanouissement de Vannes coïncide, au lendemain de la guerre de succession, avec l’arrivée au pouvoir de la nouvelle dynastie des Montforts (1364-1491), qui marque un tournant décisif dans l’orientation de la politique bretonne.  Jean IV, duc de Bretagne, et ses successeurs transforment la cité par de nombreux chantiers : doublement de l’enceinte fortifiée, édification du château de l’Hermine, aménagement de la basse-cour et implantation des organes du pouvoir (chambre des comptes, atelier de la monnaie, cour de justice…), rénovation de la cathédrale.

En s’appuyant très largement sur les collections archéologiques du musée, cette présentation muséographique permet d’aborder différents thèmes de la vie quotidienne : commerce, céramique, décor d’architecture, rites funéraires, parure et bijoux, orfèvrerie religieuse, objets de jeu et du quotidien, monnaies ducales et jetons de comptable. Le patrimoine architectural et les heures marquantes de la cité médiévale y sont aussi développés, au cœur d’un édifice vannetais emblématique par son architecture et son histoire : Château Gaillard.

a8bc310a7b

Ouvert du 1er juin 2016 au 30 septembre 2016.

Accès couplé aux musées de la Cohue et de Château Gaillard : plein tarif 6,50 € / tarif réduit 4,50 €

Les commentaires sont clos.