Sortie à la Fondation Leclerc à Landerneau “CABINETS de CURIOSITES”

“CABINETS de CURIOSITES”
lundi 7 octobre 2019

Cette exposition, dont la presse régionale et nationale parle avec enthousiasme, nous offrira des “[…] mondes bizarres, mystérieux ou familiers, à la croisée des arts, des cultures, des sciences et des lettres”. Nous en ferons une visite libre, après un détour à la galerie de Rohan à quelques encablures du Fonds Leclerc.

Renseignements pratiques :
– Rendez-vous à 11h45 pour un départ en car à midi, au lieu habituel, avenue de la Marne, contre le parking couvert du grand magasin Carrefour (hauteur du Mac Donald) prévoir le pique-nique pour ceux qui n’auront pas grignoté avant le départ.
– 14h visite de l’exposition “Promenade sur terre”, sculptures et installation de Vincent Mauger et Christelle Familiari à la galerie de Rohan (ou ballade dans Landerneau) ;
– 15h30 visite ” Cabinets de curiosités” au Fonds Leclerc ;
– 17h20 retour en car pour une arrivée à Vannes vers 19h15.
Participation transport en car : 14 euros
Paiement sur place de l’entrée au Fonds Leclerc : 8 euros
Merci de vous inscrire auprès de Alain Gourvès : agourves@wanadoo.fr ou 06 61 78 15 88 et de déposer un chèque de 14 euros à l’accueil du musée de la Cohue (sous enveloppe “visite Landerneau 7 octobre”).
A bientôt pour cette nouvelle aventure.
Bien cordialement
L’équipe des AAACMV

Lieu essentiel de la culture renaissante et baroque, instrument de savoir autant que de plaisir esthétique, au carrefour de l’art et de la science, le cabinet de curiosités s’effaça devant le rationalisme des Lumières, ne subsistant que dans les musées secrets de quelques collectionneurs nostalgiques. Il ne suscita, au début du 20e siècle, que l’intérêt des historiens, des amateurs de bizarre et des surréalistes qui en apprécièrent l’étrangeté et les aspects poétiques. Il fallut attendre le passage au siècle suivant pour voir le phénomène connaître une résurgence paradoxale et prendre une ampleur nouvelle. Après s’être vu consacrer, en France, à Poitiers en 2013, une exposition, «La Licorne et Le Bézoard», qui se proposait d’en retracer l’histoire, le cabinet de curiosités fait l’objet, dans le projet du FHEL, d’une approche renouvelée. Prenant acte du fait que, devenu source d’inspiration de nombreux artistes, thème d’expositions internationales aussi bien que tendance du goût et du décor intérieur, le cabinet de curiosités fait désormais partie de l’imaginaire contemporain, la présente exposition se propose d’en suivre différentes expressions, échos et interprétations. S’ouvrant sur une mise en perspective historique, elle s’intéresse essentiellement aux regardeurs qui auront réinventé, dans les dernières décennies, le concept de cabinet de curiosités : qu’il s’agisse d’institutions comme le Muséum national d’Histoire naturelle, le musée de la Chasse et de la Nature à Paris, le musée d’anatomie de Montpellier ou le musée Le Secq des Tournelles à Rouen, de personnalités singulières, comme le fondateur de la Maison rouge, Antoine de Galbert ou d’artistes comme Miquel Barceló, Jean-Jacques Lebel ou Théo Mercier. S’ébauche ainsi, sur près de 1000 mètres carrés, dans une scénographie étonnante, ce qui pourrait être un cabinet de curiosités du moment présent.
Commissariat : Laurent Le Bon
Commissaire associé : Patrick Mauriès

 

25/08/2019 L’art dans les Chapelles

Grand parcours dimanche pour découvrir la 28ème édition 2019 de L’ART DANS LES CHAPELLES, ainsi que la nouvelle exposition FLORA MAXIMA au domaine de Kerguéhennec.

Le patrimoine et l’art contemporain étaient au rendez- vous !

Nous avions repéré des chapelles qui présentent un vif intérêt pour les artistes présentés  et/ou la richesse de leur patrimoine.

Pour cette sortie estivale du  dimanche 25 août départ de Vannes, Place de la Libération, à 9h00. Un pique-nique était à prévoir par chacun pour déjeuner.

Les visites ont été commentées par André Scherb, artiste peintre, ami de notre association et membre de notre conseil d’administration. Nous étions tous à l’écoute et en participation directe avec les propos de notre talentueux médiateur. Jacques Chopin assurant le reportage photos avec passion et enthousiasme comme toujours.

 Le programme était fort ambitieux : Huit chapelles, certaines sans artiste mais retenues pour leur particularité patrimoniale.

16 amis ont pris la route, nous avons voyagé en minibus et en voiture forfait trajet aller et retour pour les inscrits.

MATIN :

  • CHAPELLE DE LA TRINITE :

BIGNAN  Marc COUTURIER

  • DOMAINE DE KERGUEHENNEC, VISITE DE L’EXPOSITION FLORA MAXIMA :

12 artistes ont été invités par Olivier Delavallade, directeur artistique du lieu, à fleurir les cimaises des communs du domaine

  • CHAPELLE  NOTRE DAME DE LA JOIE                                                                                 

LE GOAZE. ST THURIAU : Jean-Luc  MOULENE

Pause pique-nique au bord de l’eau avec vue sur la chapelle

APRES-MIDI :

 PONTIVY  

  • Visite du lieu : BAINS DOUCHES : c’était une première cette année, une œuvre de chaque artiste participant à l’Art dans les chapelles y est exposée.
  • CHAPELLE SAINTE-TREPHINE    

 PONTIVY : Marc BAUER                                                                                                   • CHAPELLE SAINT-DREDENO                                                                                                      

ST GERAND : Kacha LEGRAND                                                                                        

  • CHAPELLE STE NOYALE  

NOYALE PONTIVY : Clément COGITORE

  • CHAPELLE ST-JEAN  

LE SOURN : Thomas MULLER

  • CHAPELLE  ST-NICODEME

PLUMELIAU

  • CHAPELLE DE LA TRINITE

CASTENNEC. BIEUZY : Claire CHESNIER

Le temps a passé très vite, nous avons visité tous les lieux prévus dans une campagne verdoyante. C’était un vrai challenge le programme était copieux. Les amis peu pressés et enchantés sont rentrés à Vannes vers 20h !

Nous souhaitons que cette sortie donne envie à beaucoup d’adhérents d’en profiter à d’autres moments. Croquez les photos mises en ligne par notre ami Gérald Lapacherie !

Nadine Urien, Présidente

Sortie au Musée des Beaux-Arts de Quimper

“Les derniers Impressionnistes, le temps de l’intimité”

mercredi 26 juin 2019

Tout au long du parcours de l’exposition, nous découvrirons des artistes qui ont en commun le goût de l’intimité et l’amour de la Nature.
Albert Besnard, Henri Martin, Henri Le Sidaner, Arman-Jean, Cottet et bien d’autres artistes de la Belle Epoque en Bretagne furent considérés comme les derniers Impressionnistes.
Chacun dans son domaine chacun dans son propre style parfaitement identifiable, s’attache à exprimer mystère, tendresse ou poésie de son sujet.

Un car nous attendra mercredi 26 Juin à 11 h 45 à l’arrêt du bus avenue de la Marne près du parking du magasin Carrefour, face au Mc Donald’s.
Arrivés à Quimper, nous aurons un temps libre pour déjeuner ou musarder.
Rendez-vous au Musée des Beaux-Arts à 14 h 50 où les deux groupes que nous aurons constitués pourrons en alternance suivre la visite commentée et (re)découvrir les collections permanentes du Musée.
Nous serons de retour à Vannes vers 19 h.

Pour vous inscrire, veuillez :
– vous signaler auprès de Micheline Touati : jc.m.touati@wanadoo.fr
– déposer au Musée de La Cohue un chèque de 15 € à l’ordre des Amis du Musée pour le car.
Le jour même, vous aurez préparé 6 € pour régler : entrée + visite commentée.

Sortie au musée de Pont-Aven

TAL-COAT en devenir à Pont-Aven


Chers Amis du Musée,
Notre prochaine sortie nous mènera au Musée des Beaux Arts de Pont-Aven
le mardi 4 Juin 2019
Un car de tourisme nous attendra à 13h20 au lieu habituel de rendez-vous :
arrêt de bus près du parking du Centre commercial Carrefour, avenue de la Marne, à la hauteur du Mac Donald’s. Le musée nous attendra à 15 heures pour une visite commentée d’une heure des œuvres de cet artiste majeur. Un deuxième groupe suivra à 16 heures, les groupes pouvant ainsi alterner avec la visite des œuvres permanentes durant la deuxième heure (ou visiter Pont-Aven).

Coût de la visite : car + entrée musée + guide = 19 euros
Merci de confirmer rapidement votre inscription au près de
Alain Gourvès : agourves@wanadoo.fr
et de remettre un chèque de 19 euros à l’accueil du Musée de la Cohue pour cette visite
Bien cordialement.
L’équipe des AAACMV

 

Tal Coat (1905-1985) – En devenir 1 Février > 10 juin 2019 EXPOSITIONS TEMPORAIRES NIVEAU 2 DU MUSÉE. Soixante dix œuvres de Pierre Tal Coat (« front de bois » en breton) jalonnent le parcours singulier de l’un des plus grands peintres français de la seconde moitié du XXe siècle. Les années 20 et 30 sont marquées par un ensemble de peintures figuratives et des dessins, souvent très expressifs, et par l’étonnante série des Massacres, en 1936, inspirée par la guerre d’Espagne. Vers 1940, au contact de la nature tumultueuse des environs d’Aix-en-Provence et de la montagne Sainte-Victoire, son art se transforme profondément : la figure s’incorpore progressivement au paysage. Dans les années 50, les éléments de sa peinture semblent fusionner dans un même mouvement. Tal Coat s’installe à Dormont vers 1960, dans la vallée de la Seine. C’est là qu’il accomplira pleinement son œuvre. Exposition organisée en partenariat avec le Domaine départemental de Kerguéhennec, en Morbihan.

Expo Mitchell / Riopelle – FHEL – Landernau – 2/04/2019

La peintre américaine Joan Mitchell (1925‑1992) et le peintre canadien Jean‑Paul Riopelle (1923-2002) s’inscrivent, à l’image de Camille Claudel et Auguste Rodin, de Lee Miller et Man Ray, de Frida Kahlo et Diego Rivera, de Lee Krasner et Jackson Pollock, dans la constellation des mythologies sentimentales et artistiques, où se révèle toute la portée d’un lien affectif étroit entre deux créateurs passionnés et audacieux. Pour la toute première fois, une exposition retrace leurs carrières artistiques respectives à l’aune de leur relation, à compter de leur rencontre en 1955, jusqu’à leur séparation en 1979. Des œuvres emblématiques et principalement de grand format, fruits de leur travail réalisé dans le contexte particulier de cette liaison, seront présentées à Landerneau.

Commissariat : Michel Martin

Exposition conçue par le Musée national des beaux-arts du Québec et réalisée en collaboration avec le Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture, avec le soutien d’Yseult Riopelle et Sylvie Riopelle, de la Joan Mitchell Foundation, et de collections privées et muséales internationales.


Atelier de Bernard Bouin

visite de l’atelier d’Artiste à Carnac du peintre Bernard Bouin : le samedi 10 Novembre 2018

Bernard Bouin nous présentera une œuvre en 14 peintures intitulée “Ainsi parla Zarathoustra”, un ensemble présenté au centre culturel italo-allemand durant la Biennale de Venise.

Pendant 1 h 30, peinture, musique, projections, seront l’objet d’échanges avec l’artiste dans son atelier de Carnac.

Merci de vous inscrire à l’une des 3 visites qui se succèderont à 13 h 30, à 15 h 00 ou à 16 h 30 par petits groupes de 8 Amis auprès de agourves@wanadoo.fr,

tél. : 06 61 78 15 88.

Les visites seront organisées en co-voiturage (nous préciser si vous pouvez y participer comme conducteur(trice).

Le cheminement de Bernard Bouin :

“C’est à la suite du concert « Ainsi parla Zarathoustra » de Richard Strauss (Dimitri Liss et Orchestre de l’Oural) au moment de la Folle Journée de Nantes en 2011(France) que j’ai imaginé cette œuvre de 14 peintures.

La composition de l’ensemble pictural suit la structure de l’œuvre musicale de Richard Strauss.

Les textes de Friedrich Nietzsche sont pris librement dans « Ainsi parla Zarathoustra » et l’épilogue est « la plainte d’Ariane ». Ce poème est une des dernières œuvres de la vie consciente de Nietzsche publié dans Les Dithyrambes de Dionysos (1888), dans lequel Nietzsche reprend le poème de l’Enchanteur de la 4ème partie de Zarathoustra (1885) auquel il donne cette fin.

Je suis donc revenu à Nietzsche par la musique…

En faisant des lectures multiples de Zarathoustra, j’ai isolé les aphorismes qui pourraient faire naître « mes images ». J’ai travaillé pour créer « mes images » entre la musique de Strauss et les aphorismes de Nietzsche que j’ai choisis.

Nietzsche est d’abord un artiste, un poète même s’il est surtout un grand philosophe. Il pense dans le paysage, en marchant, et son Zarathoustra est aussi très visuel (de même que le poème symphonique de Richard Strauss).

Il n’était pas question pour moi d’embrasser l’ensemble de l’œuvre mais plutôt d’en donner une vision personnelle.

Le poème symphonique « Ainsi parlait Zarathoustra, opus 30 » de Richard Strauss a été créé à Berlin le 27 septembre 1896.
La vidéo réalisée avec les poème symphonique de Richard Strauss (version Herbert Von Karayan, Orchestre de Vienne) et mes peintures dure 33 minutes environ.
Dans ce poème symphonique Richard Strauss opposent d’emblée deux tonalités :
Si mineur symbolique de l’esprit humain, Do majeur symbolique de la nature.
J’ai donc suivi cette idée et fait un dialogue entre l’homme et la nature.

J’ai donné aux peintures mes propres titres qui correspondent aux séquences de l’œuvre de Richard Strauss.
Richard Strauss commence par l’aurore et choisit huit des titres du chapitre d’Ainsi parla Zarathoustra soit 9 séquences :
1. Prologue l’aurore
2. De ceux des arrières mondes
3. De l’aspiration suprême
4. Des joies et des passions
5. Le chant du tombeau
6. De la science
7. Le convalescent
8. Le chant de la danse
9. Le chant du voyageur de la nuit
Ces séquences je les ai représentées en 14 peintures :
– Deux peintures pour 6. De la science : dialogue de la terre, du soleil et de la lune.
– Quatre peintures pour 8. Le chant de la danse devient le chant des saisons.
– Deux peintures pour 9. Le chant du voyageur de la nuit : Le chant de Minuit et La plainte d’Ariane.
Vous trouverez ci-joint le lien You Tube sur lesquels il vous suffira de cliquer pour voir le reportage FR3 Tarn réalisé lors de la présentation au Musée de Rabastens (Tarn) . Cliquer sur le lien : https://youtu.be/LbOUE2sOfKc

Cet ensemble fut aussi présenté pendant la Biennale de Venise au Palazzo Albrizzi – Centre culturel Italo-Allemand en 2013 puis à Angers en 2015 à La Collégiale Saint Martin avec le Département du Maine et Loire.” Bernard Bouin

Voir ci-dessous le reportage photo de Jacques Chopin