Parenthèse culture n°10, Kerguéhennec

Olivier Delavallade, directeur artistique du Domaine de Kerguéhennec à Bignan,  propose aux Amis les découvertes du domaine à ne pas manquer cet été !

Chers Amis,
Pour les raisons que vous savez, et sur lesquelles il est inutile de s’attarder, nous n’aurons pas le plaisir de vous accueillir en groupe cette année. Bien sûr, nous le regrettons. Toutefois, je souhaitais vous rappeler que le Domaine de Kerguéhennec a rouvert depuis le 28 juin et qu’il est possible (sur réservation) d’y découvrir les expositions temporaires et de nouveaux projets pour le parc. Nous avons fait le choix de maintenir les expositions de printemps… qui auraient dû ouvrir le 15 mars ! L’exposition de Marc Didou, prévue pour l’été, sera reportée mais nous avons tout de même pu installer deux œuvres que l’artiste a créées pour le site : un portail pour le potager et une grille de protection du puits de la cour des communs (regardez bien au fond du puits…). Je ne vous envoie volontairement pas de photos afin de laisser la surprise entière lors de votre visite. Simple petit indice : l’artiste aime à travailler avec le principe de l’anamorphose. Vous découvrirez aussi, au rez-de-chaussée du château, où l’espace Tal Coat reste accessible (également sur réservation), une vanité fascinante simplement posée sur le billard.
Les deux expositions temporaires font suite à des résidences et une longue période d’immersion dans le Domaine. Cathryn Boch a installé cet hiver son atelier de couture dans le lieu même de l’exposition. Elle y a créé de nouvelles œuvres qui sont présentées avec d’autres plus anciennes, le tout faisant l’objet d’une installation particulièrement pensée pour les vastes volumes baignés de lumière des anciennes écuries. Il y est question de cartes et de territoires ; de migrations de toutes sortes, physiques et mentales. Dans la bergerie, Anne-Lise Broyer présente un ensemble de très beaux tirages photographiques : arbres, frondaisons, bouquets de fleurs… Certains étant retravaillés longuement à la mine de plomb au point qu’il est parfois difficile de distinguer entre la photo et le dessin. Anne-Lise Broyer nous invite ainsi à une immersion profonde et sensible dans ces lieux qu’elles a arpentés insatiable durant ses différents séjours. Vous serez sensibles, là aussi, à la qualité et à la précision de l’accrochage qui nous propose une déambulation en forme de promenade.
De l’autre côté du café du parc, qui n’a malheureusement pu ouvrir cet été, vous découvrirez une installation singulière mêlant, dans la pénombre, dessin et vidéo. Julie Bonnaud et Fabien Leplae, deux jeunes artistes rennais en résidence depuis début mars (ils furent, pour leur plus grand plaisir, confinés à Kerguéhennec), nous proposent de partager leurs expérimentations à la fois botaniques et artistiques. Le végétal est aussi au cœur du travail d’Erik Samakh qui, invité par L’art dans les chapelles, a planté un roncier dans la chapelle du Domaine.
Mais Kerguéhennec c’est aussi un vaste parc, à découvrir ou à redécouvrir grâce aux créations qui s’y déploient. Cette année, il s’enrichit de deux nouvelles œuvres. Au sud de la propriété, Edouard Sautai nous propose une immersion dans un fond de vallée aux frondaisons épaisses ; n’hésitez pas à vous allonger sur les filets qu’il a tendu sur le ruisseau, c’est une expérience unique. Certains y font une petite sieste bercés par le murmure de l’eau. Au cœur de la propriété, dans le potager, Jules Charbonnet et Nicolas Barreau, jeunes designers-plasticiens nantais, ont réhabilité la petite serre pour en faire un lieu de rencontres et d’échanges, signalant joyeusement un projet d’aménagement de l’ensemble du site.
J’oublie certainement des choses… Vous les découvrirez. Car ce qui compte, c’est ce que vous faites de ce lieu, la manière dont vous vous l’appropriez. Je ne doute pas que vous en ferez une nouvelle fois un bon usage et que très vite vous oublierez les petites contraintes liées à la crise sanitaire pour partager avec les vôtres ce lieu d’exception que le Département du Morbihan s’emploie à faire vivre pleinement malgré les aléas…
Je vous souhaite un bel été,
Olivier Delavallade


Ci-contre, une photo volontairement énigmatique de l’œuvre de Barreau et Charbonnet, notre toute dernière création, réalisée durant le mois de juillet et ouverte au public depuis ce week-end.

 

 

Domaine de Kerguéhennec
Une propriété du Département du Morbihan
56500 Bignan
02 97 60 31 84
www.kerguehennec.fr

➔ HAUTE SAISON :

Du 28 juin au 30 août 2020 :
Les espaces d’exposition : Du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Le parc : Tous les jours de 8h à 21h
L’Atelier-Galerie des enfants est fermé cet été

 

Tout à votre plaisir, n’ oubliez pas les règles de sécurité dans vos déplacements et le port du masque obligatoire. 

A très bientôt…

Les amis du Musée

Masques et bergamasques

Ecoutez : Pascale Seys dans la vidéo les tics de l’actu, avec « Bas les masques » elle propose une petite philosophie du masque, ce qu’il montre et ce qu’ il cache de Voltaire à Nietzche avec aussi Bansky et son message, l’héroïsme de la pudeur. https://www.facebook.com/Musiq3/videos/2866481190068206/UzpfSTEwMDAwNTkyMDIzODQ1MToxMzE1MDA4Mjc4NzA2NTAx/

Les Tics de l'Actu – Masques et bergamasques

Dans les tics de l’actu, Pascale Seys propose une petite philosophie du masque, ce qu’il montre et ce qu’il cache.

Publiée par Musiq3 – RTBF sur Mercredi 13 mai 2020

“Tourments” de Sylvain Le Corre

Recherches souterraines

« Tourments » est une installation convoquant différents médiums comme le dessin, la peinture et la sculpture, dans le but de reconstituer un paysage imaginaire.

Dans le fond d’une vallée, d’un gouffre ou d’une gorge, un ancien lit de rivière fut le théâtre d’un grand chaos, une crue torrentielle chargée des sédiments et de tous les éléments qu’elle aurait charriés dans sa course.  Apparaît alors un paysage étrange, où les matières s’entremêlent, s’enchevêtrent, jusqu’à en former de nouvelles.

En géophysique, un phénomène s’y apparente : les laves torrentielles, mélanges d’eau, de sédiments fins, d’éléments rocheux, de blocs parfois énormes, d’arbres, de graviers, qui se déplacent à très grande vitesse.

Métaphore d’un processus de création ou de recherche, cette exposition propose un regard sensible sur la construction d’un paysage, à la fois mentale et tangible.

 

Copyright obligatoire : © Adagp Sylvain Le Corre – Autorisation n° 948454

Somewhere Over the Rainbow by Israel Kamakawiwo’Ole

 

Somewhere Over the Rainbow by Israel Kamakawiwo’Ole

 

Paroles
Ooh, ooh, ooh
Ooh, ooh
Somewhere over the rainbow
Way up high
And the dreams that you dream of
Once in a lullaby
Somewhere over the rainbow
Bluebirds fly
And the dreams that you dream of
Dreams really do come true
Someday, I wish upon a star
Wake up where the clouds are far behind me
Where trouble melts like lemon drops
High above the chimney top
That’s where you’ll find me
Somewhere over the rainbow
Bluebirds fly
And the dreams that you dare to
Oh why, oh why can’t I?
Well, I see trees of green and red roses too
I’ll watch them bloom for me and you
And I think to myself
What a wonderful world
Well, I see skies of blue and I see clouds of white
And the brightness of day
I like the dark
And I think to myself what a wonderful world
The colors of the rainbow so pretty in the sky
And also on the faces of people passing by
I see friends shaking hands saying
How do you do?
They’re really saying I, I love you
I hear babies cry and I watch them grow
They’ll learn much more then we’ll know
And I think to myself what a wonderful world
World
Someday I wish upon a star
Wake up where the clouds are far behind me
Where trouble melts like lemon drops
High above the chimney top
That’s where you’ll find me
Oh, somewhere over the rainbow
Way up high
And the dreams that you dare to
Why oh, why can’t I?
Ooh, ooh
Ooh, ooh
Source : LyricFind
Paroliers : Harold Arlen / E. Harburg
Paroles de Over the Rainbow © Sony/ATV Music Publishing LLC